Le Gouffre du Cafard

Vignette Le Gouffre 500x698 Dunia Miralles

« Ce matin elle n’est pas allée à l’école. Comme une fois la semaine passée, et deux fois la semaine précédente. Elle voudrait y aller mais n’y arrive pas. »

Dans les années 1970, en pays protestant, Concepción et ses camarades espagnols, italiens ou suisses en situation précaire, subissent des maltraitances en milieu scolaire.

Une vingtaine d’années plus tard madame Krüger, qui écrit pour un journal paroissial, se rend chez Rose, une spéléologue chevronnée, afin de rédiger un article sur la dépollution des gouffres. La jeune femme lui propose de descendre dans une grotte. Au fil de leur progression dans les ténèbres, un lien étrange se tisse entre elles. Un voyage au cœur de la terre et dans les souterrains de l’âme.

Ce livre nous fait découvrir les maltraitances scolaires que le personnel enseignant a parfois infligé à ses élèves.

Pour écrire Le Gouffre du Cafard, un roman des plus noirs, l’auteure s’est inspirée de sa propre enfance.

Dans la presse « Le gouffre du cafard »

Vigousse « Le ventre de la Terre et les contorsions qu’il faut faire pour y évoluer sont le terrain de jeu de ce court roman. Un terrain moite, sombre et froid. » Bérénice L’Epée
Lire l’article [image]

RTS – QWERTZ « Dunia Miralles se saisit des codes de la spéléologie comme métaphore nécessaire à l’introspection nécessaires de nos passés » Ellen Ichters
Lire l’article [image]

Bon pour la tête « Le Gouffre du Cafard présente ainsi une description en partie sociologique et une métaphore. Il y a dans toute existence des gouffres. Y descendre n’est pas sans conséquences. » Patrick Morier-Genoud
Lire l’article [via le site]

CANAL Alpha « Dans ce livre, elle se penche sur les maltraitances en milieu scolaire, dont elle a été victime ou témoin. » Nadia Chmirrou
Voir la vidéo [via le site]

FEMINA « Déjà remarquée avec Swiss Trash, l’écrivaine signe un livre original et sans concession ni rédemption. » Géraldine Savary
Lire l’article [image]

24Heures « Dunia Miralles (Swiss Trash) revient avec Le Gouffre du Cafard, un court roman noir où elle aborde la maltraitance scolaire, dans une intrigue originale qui tourne autour de la spéléologie…» Caroline Rieder
Lire l’article [via le site – Abo]

RTN – 1000 Feuilles « … raciste, cruelle, colérique, elle [ madame Jaquet ] prend en grippe les élèves étrangers, mais également certains Suisses qui vivent des situations de grande précarité. » Joëlle Pic Romain
Écouter l’émission [via le site]

Le Nouvelliste – La Côte – ArcInfo
« À travers une écriture maîtrisée, linéaire et distanciée, la reine du trash met à nu ses blessures profondes. Jouissif! » Vincent Bélet
Lire l’article [image]

lelitteraire.com « La Neu­châ­te­loise a publié de nom­breux ouvrages dont Swiss Trash… Sans vrai­ment reprendre une telle veine, ce livre néan­moins le rap­pelle comme en aval. » Jean-Paul Gavard-Perret
Voir l’article [via le site]

L’1Dex « Si j’étais professeur de français, j’imposerais la lecture de ce roman en contraignant les élèves à disserter sur le sujet du livre. » Stéphane Riand
Voir l’article [via le site]

Le Ô « Ici, c’est Conception, dite Conchi, qui fait les frais d’une institutrice sadique.» Camille Cerval
Voir l’article [via le site]

[Parution du nouveau livre de Dunia Miralles le 5 octobre 23]

Vignette Le Gouffre 500x698 Dunia Miralles

Le gouffre du cafard
Uppercut, 2023

Ils, elles disent…

J’ai été frappée par l’excellent dosage d’érudition. Un vrai régal…et une vraie plume

Manuella, lectrice

Un petit livre qui se lit tout seul ! Des chapitres courts. Deux histoires parallèles. Parfois dans l’obscurité nos démons reviennent

les lectures de Colombe – Instagram

Je suis italienne, fille d’immigrés, née dans les années septante en suisse romande, à Neuchâtel, me suis toujours sentie une étrangère même dans ma propre tête et je suis claustrophobe. Certains de mes amis se reconnaîtront peut-être dans cette fiction.
Merci Dunia Miralles pour l’adrénaline, la colère, les souvenirs, pour toutes les émotions qui m’ont traversé l’esprit …Ça devrait suffire pour vous convaincre de remonter le temps en descendant au fond du gouffre du cafard en lisant ce roman noir… et rouge

Tatiana – lectrice

Un roman de justice ou de vengeance, aux lecteur•ice•s de décider. Pour ma part, j’ai été emplie d’empathie pour l’enfant…

mots_les_coeurs de l’Institut littéraire de Bienne, Instagram

Magnifique Dunia Miralles ! L’ancienne amatrice de spéléologie ne peut qu’apprécier ce texte souterrain à plusieurs niveaux. Merci et à lire sans restriction.

Florence Kunz, lectrice

Cette lente et méthodique destruction d’une enfance par son institutrice est racontée avec une hauteur inversement proportionnelle à la profondeur du gouffre de douleurs intenses que ressent la narratrice !

V. lecteur

Gracias por escribir libros esenciales. Tanta gente todavía sigue sufriendo con ideas tóxicas …

Sophie, lectrice

Je viens de terminer Le Gouffre du Cafard à l’instant. J’ai adoré. Merci de nous faire partager ton talent.

Olivier C, lecteur

Tout s’imbrique parfaitement dans ce récit qui va d’horreurs en malheurs en passant par l’illusion brève d’un bonheur trompeur et destructeur

Vincent Bélet, libraire

Les habits noirs du sport

Giuseppe Merrone, éditeur

Un récit haletant doté d’un superbe suspense… Un véritable page turner!

Laure Mi Hyun Croset, écrivaine

Ce récit est intéressant non seulement du point de vue de l’acharnement d’un adulte ayant autorité que de la problématique de l’intégration…

Marie Christine Horn, écrivaine

website sirup